le yoga

Tout le yoga francophone.
.com

Retraite
de yoga

Retraite dans la tradition indienne du Yoga et du Védanta. Méditations, Questions réponses, méditations guidée, chants méditatifs.

Retraite



Derviches tourneurs

La danse des derviches tourneurs est l’une des plus anciennes techniques soufies ; en tant que forme, elle nous aide à nous ancrer dans le cœur et à boire à notre véritable source, individuelle et unique.

Derviche tourneur

 

L'art de la réalisation de Chandra Swami

-Spiritualités vivantes-
Albin Michel:


« Par celui qui déclare : Dieu est, par celui-là et par nul autre Cela est connu. » Celui pour qui est pleinement véridique l'affirmation : « Dieu est », qui croit en l'existence du Seigneur, à celui-là uniquement échoit la réalisation de Dieu. 

 Si le Christ et Chaitanya ont vu Dieu, vous aussi pouvez Le voir aujourd'hui. Si Moïse et Ramdas ont vu la lumière, pourquoi ne la verriez-vous pas à votre tour? La Vérité ne fait pas de distinction. Elle traite grand et petit sur un pied d'égalité. Si Socrate et Shankara ont autrefois connu la Vérité, vous aussi pouvez la comprendre à présent. Si le Bouddha et Ramana ont conquis le Nirvâna ou la Délivrance, pourquoi pas vous? Si un homme peut se procurer une chose, un autre peut tout aussi bien se la procurer, pourvu seulement qu'il y mette le juste prix.


L'amour du monde et des choses profanes est une dégradation spirituelle, mais rejeter sans discernement tout ce que vous avez obtenu ou tout ce que Dieu vous a donné est une erreur née d'une pensée qui manque de maturité.


La respiration consciente
Asseyez-vous bien droit (comme déjà indiqué) et respirez profondément. En même temps, sur-veillez l'entrée et la sortie du souffle. Au bout d'un certain laps de temps, cette pratique rendra la respiration tout à fait légère, rythmée et régulière.
C'est là une pratique très simple à la portée de tous - jeunes ou vieux. Elle demande environ quinze minutes avant l'entrée en contemplation.
La respiration consciente est très efficace pour fortifier la volonté et rendre le mental calme et recueilli. Il est recommandé à tout sâdhaka de la pratiquer plusieurs fois par jour, chaque fois qu'il en a la possibilité. Elle élimine la fatigue physique et mentale.

 

 

 

Le guide du yoga de Shri Aurobindo

Spiritualités vivantes
Albin Michel :



Pour être capable de recevoir la puissance divine et de la laisser agir à travers vous sur les choses de la vie extérieure, trois conditions sont nécessaires
1. Le calme, l'équanimité, ne pas vous laisser troubler par quoi que ce soit qui arrive, garder le mental immobile et ferme, qui observe le jeu des forces, mais reste lui. même tranquille.
2. - Une foi absolue, la foi que c'est le meilleur qui arrivera, mais aussi que, Si vous réussissez à devenir un vrai instrument, le fruit sera celui que votre volonté, guidée par la lumière divine, voit comme la chose qui doit être faite, katavyam karma.
3. - La réceptivité, la capacité de recevoir la force divine et de sentir sa présence et la présence de la Mère en elle, et de lui permettre de faire son oeuvre, en guidant votre vision, votre volonté et votre action. Si ce pouvoir et cette présence peuvent être perçus et que cette plasticité devienne habituelle pour la conscience dans l'action -mais une plasticité à la force divine seule, sans admission d'aucun élément étranger - le résultat final est sûr.

Si. la difficulté pendant la méditation est l'intrusion de pensées de tout genre, ce n'est pas dû à des forces hostiles,
mais à la nature ordinaire du mental humain. Tous les sadhaks rencontrent cette difficulté, et pour beaucoup d'entre eux elle dure fort longtemps.
Il y a plusieurs façons de s'en débarrasser. Une d'elles est de regarder les pensées, mais sans les approuver, d'observer la nature du mental humain telle que ces pensées la révèlent et de les laisser s'épuiser jusqu'à ce qu'elles s'immobilisent. Ce procédé est recommandé par Vivekananda dans son Raja-Yoga.
Un autre procédé consiste à regarder ses pensées comme n'étant pas siennes, à devenir le Purusha-témoin, qui se lient en arrière et refuse son assentiment. Les pensées sont considérées comme venant du dehors, de Prakriti, et on doit les sentir comme des passants qui traversent l'espace mental, avec lesquels on n'a pas de rapport et auxquels on ne prend aucun intérêt. De cette manière, il arrive généralement qu'au bout d'un certain temps le mental se divise en deux une partie qui est le témoin mental et qui observe, tout en étant parfaitement tranquille et impassible, et l'autre qui est l'objet de l'observation, la partie prakriti que traversent les pensées errantes. Après cela on peut se mettre à tranquilliser et réduire au silence cette partie prakriti aussi.
Il y a une troisième méthode, active, par laquelle on -s'efforce de voir d'où viennent les pensées, et l'on trouve qu'elles ne viennent pas du dedans, mais d'en dehors de la tête, pour ainsi dire. Si l’on peut les apercevoir tandis qu'elles viennent, on doit les rejeter complètement, avant même qu'elles n'entrent. Ce moyen-ci est peut-être le plus difficile et tout le monde ne peut pas le pratiquer mais Si on peut le suivre, c'est le chemin le plus court et le plus efficace vers le silence.

 


 

 

 

Evidemment, nous devons prendre le monde tel qu'il est,
car s'il n'est pas en notre pouvoir de le changer à notre gré,
nous pouvons y vivre en le regardant sous un angle différent,
en changeant d'attitude envers lui.

[Swâmi Râmdâs]